Vu sur le Web (Corse Matin du 21 septembre 2015) : « Jean-Marie Castellucci docteur du futur » — Généraliste à Lecci, Jean-Marie Castellucci a fondé la première application de diagnostic santé. En quelques mois, DocForYou a été téléchargé 150 000 fois. Mais le médecin a déjà d'autres projets en tête : une nouvelle application, validée par l'Incubateur d'Entreprises Innovantes INIZIÀ. Examen approfondi d'un parcours connecté...

Jean-Marie Castellucci est un jeune bien dans ses baskets. Un médecin de campagne à l'esprit branché sur l'espace infini du monde virtuel. Une sorte de Docteur Castellucci et M. Jean-Marie. Côté pile, il exerce la médecine dans l'Extrême-Sud ; côté face, il fonde une start-up innovante : la première application de diagnostic santé pour mobile en France. À Lecci, il soigne physiquement ; derrière son smartphone, il améliore la qualité de l'information pour les e-patients qui prennent de plus en plus le pouvoir sur leur santé. Et le jeune Doc de 34 ans fait une distinction très nette entre ses deux activités.

Itinéraire d'un parcours médical et connecté

Né à Lecci, scolarisé à Porto-Vecchio, études supérieures à Marseille, interne à l'hôpital de Nice, puis à Bastia, en 2011, le docteur Jean-Marie Castellucci est venu agrandir le cabinet familial — créé il y 30 ans. Aux côtés de son papa et de sa maman, tous deux généralistes, Doc junior découvre le métier et impulse un rien de modernité dans ce milieu quelque peu austère. Ici, on est loin du médecin de campagne appuyé sur son Vidal jauni. Son cabinet est très moderne — dessiné par un ami architecte —, des toiles design sont accrochées aux murs blancs maculés. On nage dans la contemporanéité, dans l'ère numérique. Ca tombe bien, car deux tiers des patients se réfèrent désormais à internet pour rechercher une précision sur leur santé. Avant ou après la consultation au cabinet.

L'appli ne remplace pas le médecin

"Docteur, j'ai vu sur le net que..." L'entrée en matière était souvent identique. Las des discussions imprécises sur les forums, le docteur Castellucci devait rectifier les "diagnostics" de ses patients qui avaient tendance à s'approprier les maladies des autres. "Rapidement, je me suis rendu compte qu'avec une simple interrogation, j'arrivais à cibler leur maladie", assure Jean-Marie Castellucci. "J'ai eu l'idée de créer un logiciel qui reproduise ce raisonnement médical afin d'orienter les patients à identifier et analyser leurs symptômes. J'ai donc créé une application qui puisse répondre à leur demande en temps réel", décrit-il. C'est parti pour l'aventure dans la e-santé. L'idée est simple : à partir d'une douleur (mal de gorge, mal de ventre...) l'application recherche par le biais d'un questionnaire interactif, d'autres symptômes clefs qui permettent de déterminer la maladie la plus probable. "Que les choses soient claires, cette application n'a pas vocation à remplacer le médecin", précise-t-il, "plutôt à informer, à personnaliser une maladie", prévient le généraliste.

Des investisseurs bretons

Avec deux amis —- un juriste et l'autre expert-comptable - il bosse sur le principe. Le projet prend plusieurs mois pour définir les questions, créer la base d'analyse des symptômes et développer un algorithme intelligent. L'application est testée avec un groupe de médecins, un conseil scientifique de sept confrères (un ophtalmologiste, un urgentiste et cinq généralistes). DocNow, la première application de diagnostic santé, apparaît sur l'AppStore en avril 2012. Bingo. Le sujet intéresse. DocNow est aussitôt élue start-up française du mois par le site spécialisé dans l'actualité du Web et des nouvelles technologies, puis sélectionnée pour être la start-up de l'année. Rapidement elle est téléchargée 150 000 fois et décroche la 3e place au top 5 d'AppStore. Et si DocNow n'a pas réussi à remporter le titre de start-up de l'année — l'appli a fait des émules entre-temps — elle a permis à ses fondateurs de nouer de solides contacts. "À l'occasion de ce concours, nous avons rencontré des investisseurs bretons qui ont misé sur nous. Ils ont investi 200 000 € sur notre start-up, ce qui nous a permis de développer, d'enrichir l'application de nouvelles fonctionnalités", assure le Dr Castellucci. DocNow devient DocForYou.

Un défi osé

En 2012, le challenge est hasardeux. "Maintenant la e-santé explose, mais il y a trois-quatre ans, c'était très osé". Jean-Marie Castellucci a été précurseur dans ce domaine. En toute discrétion, il a mené de front ses deux activités. Son appli est médiatisée au niveau national, mais en Corse même ses patients ne savent pas qui se cache derrière DocForYou. Il est aussi discret parce qu'il connaît la réglementation française, très stricte, des médecins : pas de pub. Pourtant, on sait aujourd'hui que la santé connectée, c'est l'avenir et que le législateur devra bientôt se pencher sur la problématique. "La santé est le dernier secteur qui n'a pas été révolutionné par le numérique", glisse-t-il. (...) "DocForYou, c'est du conseil, mais pas un conseil physique, c'est un algorithme. Il y a un vide juridique". Aussitôt, le docteur ajoute : "soyons bien d'accord, ce n'est pas le vide juridique qui m'a intéressé, mais le fait de rendre service à la population".

Bientôt une nouvelle appli

Ce genre d'application sur la santé est donc toléré par l'Ordre des médecins. Sans plus. "On sait à présent que cela peut permettre de faire des économies de santé", insiste le docteur. Selon une étude, le déploiement des usages mobiles dans le domaine de la santé permettrait à l'Union Européenne d'économiser 99 milliards d'euros de dépenses en 2017. Pour le docteur Castellucci, la réglementation française doit évoluer. Elle est d'ailleurs en pleine mutation dans d'autres pays de l'Union Européenne et aux Etats-Unis. "Si les français ne le font pas, ce seront les américains qui viendront s'installer en France. Ce fut le cas pour la société américaine de taxis Uber". Pour l'instant, l'appli DocForYou est gratuite. Jusqu'à quand ? "On ne fera jamais payer l'utilisateur", assure le docteur. "Nous réfléchissons plutôt à l'idée de facturer aux professionnels en louant le logiciel à d'autres sites". Voilà pour DocForYou. Mais le jeune médecin a déjà d'autres projets en tête : une nouvelle application, validée par l'Incubateur d'entreprises de Corse. L'idée est de proposer un logiciel en ligne à des médecins afin que les malades ne patientent plus des heures entières dans les salles d'attente. Une appli très utile. Le projet devrait se concrétiser à la fin de l'année. À la ville comme à la campagne, la santé est bouleversée par l'usage des technologies numériques et ces projets connectés changent le rapport du docteur aux patients. Le docteur du futur, c'est un docteur connecté en temps réel. Un médecin de poche. Une blouse blanche accessible sur écran tactile. Jean-Marie Castellucci l'a bien compris.