Vu sur le Web (Corse Matin du 5 juin 2018) En déplacement en Corse, le Ministre de l’économie et des finances, M. Bruno LE MAIRE, a souhaité rencontrer, lundi 4 juin 2018, les acteurs de l'économie digitale avec des élus du territoire. Inizià comptait parmi les invités à la Préfecture de Haute Corse à Bastia.

De son déjeuner avec les acteurs de la nouvelle économie, a germé l'idée de créer une grande technopole en Corse pour stimuler l'innovation et la création de nouvelles start-up. « Dans ce domaine, la Corse a vocation à avoir un rayonnement mondial » a déclaré Bruno Le Maire. Il a également promis d'intervenir directement auprès de Nicolas Dufourcq, le directeur de la Banque publique d'investissement dont les acteurs économiques ont clairement pointé du doigt la frilosité d'intervention dans l'île.

                 1528207829-b-lemaire.png

Extrait du Corse Matin :

« Au menu du déjeuner préfectoral, du poulpe et du poisson servi avec un blanc de Stéphanie Olmeta, pour rester raccord avec Patrimonio.

Aux côtés des acteurs de la nouvelle économie, les députés, le président de l'université, le maire de Bastia et le président de la communauté d'agglomération. "Il ne faut pas se disperser mais se concentrer sur l'agriculture, l'hôtellerie et le numérique."

La discussion tourne autour des mesures fiscales. Bruno Le Maire est clair : on remet tout à plat et on imagine un nouveau dispositif plus efficace. Une fois encore, il cible les dérogations dont profitent les particuliers pour investir dans le para-hôtelier. Pas question que l'argent du contribuable serve des intérêts particuliers. Les interlocuteurs du ministre sont des créatifs. Il veut les soutenir et suggère l'étude de la création d'une technopole unique.

À l'écoute des requêtes, il prend des résolutions importantes : convaincre Bruxelles que la continuité territoriale va jusqu'à Paris afin de réduire les frais du transport aérien, et secouer la BPI, la banque publique d'investissement, plus timorée en Corse qu'ailleurs. "La Corse a vocation à devenir un hub de start-up européen." Il réfléchira à augmenter le crédit d'impôt recherche et innovation de 30 à 50 %. Bruno Le Maire rappelle ses recherches littéraires sur Proust, son écrivain fétiche, celui qui écrivait : "il n'y a pas de réussite facile ni d'échecs définitifs".

S'il réussit ici, la Corse sera sa madeleine ».