Lu dans la presse (Corse-Matin du 20 juin 2019)  Le quotidien Corse-Matin a consacré une page à l’appel à projets lancé par INIZIÀ avec ENGIEL’incubateur corse et le groupe énergétique ont lancé hier un appel à candidatures dans le but de sélectionner cinq projets innovants. En novembre, ils concourront pour décrocher un accompagnement de la part d’Engie.

Un article de Caroline MARCELIN

 

Les représentants d’Engie, d’Inizià, le vice-président de l’université de Corse et plusieurs entrepreneurs insulaires, hier à Ajaccio, pour la présentation de l’appel à candidatures de "My innovation is..." / PHOTOS C. M.

 Télécharger l’appel à candidatures

Dans la salle de conférences de l’hôtel Campo dell’Oro, à Ajaccio, ils étaient hier une dizaine de créateurs de start-up, ingénieurs, commerciaux et designers, venus écouter les grandes lignes de l’appel à candidatures que lance le groupe énergétique Engie, en partenariat avec l’incubateur corse Inizià.

Cinq start-up les plus innovantes seront retenues d’ici la fin septembre. Ils concourront dans le cadre d’un événement ("My innovation is...") qui se déroulera le 14 novembre à Bastia, organisé par le réseau des Sociétés d’accélération du transfert de technologies (Satt) du Sud-Est, auquel appartient l’université de Corse.

Le concours consistera à "pitcher" ("to pitch" veut dire "lancer" en anglais), c’est-à-dire présenter sur scène leur projet, de façon courte et synthétique, le plus clairement et simplement possible.

Le but est de convaincre en quelques minutes de l’intérêt en termes d’innovation, de la pertinence et de la cohérence de leur projet. En face, un jury composé de spécialistes, parmi lesquels le directeur d’Engie pour la région Sud-Corse - Monaco, Ludovic Parisot (ancien directeur de l’innovation chez Engie), présent hier à Campo dell’Oro, déterminera laquelle des cinq start-up corses recevra le premier prix.

Une aide pour grandir

Ce dernier consistera en un "mentoring" (relation avec un mentor) du groupe Engie. "Les start-up réussissent relativement facilement à trouver des fonds lors-qu’elles ont réussi à démontrer l’intérêt de leur projet, plusieurs outils financiers sont là pour les soutenir comme la BPI, explique Ludovic Parisot. En revanche, ce qui très souvent leur fait défaut, c’est une ingénierie, l’accompagnement d’experts capables de les aider à assurer la maturation de leurs projets. Nous leur proposons donc de les aider à grandir, tout en sécurisant la propriété intellectuelle qui sera le premier objet de discussion entre nous." Engie, qui vise à devenir le leader mondial de la transition zéro carbone, a besoin de nouvelles compétences, poursuit le directeur : "Nous devons répondre aux besoins de nos clients. Et pour ce faire, nous recherchons des innovations très pragmatiques. Par conséquent, nous sommes à la recherche de nouveaux talents dans les nouvelles technologies."

En Corse, cette recherche est lancée avec l’aide de l’incubateur Inizià. Son président (et également patron de la Cadec) Alexandre Vincinguerra, ainsi que son directeur Emmanuel Pierre, étaient présents hier aux côtés de Ludovic Parisot pour présenter ce concours.

Les secteurs d’activité concernés par l’appel à candidatures sont relativement vastes, font-ils valoir : énergies renouvelables, transport et mobilité durable, territoires, bâtiments et objets connectés, eau et biodiversité.

Entrent également dans les critères de sélection, de façon beaucoup plus large, des produits procédant à une innovation de rupture, c’est-à-dire dont l’innovation a pour objectif de venir remplacer une technologie dominante sur le marché.

Si certaines start-up présentes hier semblaient entrer parfaitement dans le cadre du concours, à l’instar de Stepsol qui a développé une solution de stockage hydraulique et gravitaire à laquelle Engie s’intéresse pour d’éventuels projets en Afrique, d’autres, comme Global Earth (une base de données géolocalisées qui regroupe tous documents et données d’urbanisme) paraissaient a priori plus éloignées des activités recherchées.

Les porteurs de projets corses prêts à "pitcher" ont jusqu’au 8 septembre pour déposer leur candidature auprès de Maryline ANTONETTI, chargée d'affaires chez INIZIÀ. Il leur restera ensuite quelques semaines avant le 14 novembre pour préparer la plus convaincante et la plus éloquente des présentations de trois minutes.