Les pouvoirs publics se mobilisent pour aider les entreprises. Bpifrance et la Banque de France ont publié les principales mesures à destination des startups innovantes. De son côté, la Collectivité de Corse entend faire face à l’urgence et renforcer les mécanismes d’aide aux trésoreries mais aussi faciliter l’accès au crédit bancaire.

Les principales mesures annoncées par Bpifrance et documents de références sont disponibles ici ➡ https://www.fichier-pdf.fr/2020/03/...

En Corse, le Conseil exécutif a mobilisé 30 millions d’euros dans le cadre d’un plan d’urgence et de sauvegarde économique et sociale. Ce programme se décline en trois volets parmi lesquels le soutien au tissu économique insulaire :

  1. Création d’un fonds « Sustegnu – Covid-19 » de solidarité spécifique pour les entreprises insulaires → Ce fonds, constitué avec la CCI de Corse grâce à un apport majoritaire de la Collectivité de Corse (6 M€ susceptible d’être abondé si nécessaire jusqu’à 8 M€) permettra de mobiliser, en lien avec le secteur bancaire des prêts de trésorerie à taux zéro (pour un montant maximal par prêt de 100 000€) avec différé d’amortissement, le tout pour un volume global estimé à 120 M€.
  2. Déblocage immédiat du fonds de solidarité institué par le Gouvernement auquel la Collectivité de Corse a souscrit → La CdC a d’ores et déjà individualisé 1 M€ pour abonder le fonds de solidarité institué par le Gouvernement et doté de 1 milliard d'euros.
  3. Mobilisation et extension des financements existants (6,25 M€ d’avances remboursables via la CADEC) → L’Agence de développement économique de la Corse (ADEC) a abondé de 6,25 M€ un dispositif de prêt à la trésorerie, qui est géré par la Caisse de développement économique de la Corse (CADEC).
  4. Création d’un fonds territorial de garantie → Ce fonds, abondé par la Collectivité de Corse de près de 4 M€, vise à accompagner le plus grand nombre (entreprises et associations), en complémentarité du fonds national de garantie (via Bpifrance), pendant la crise et immédiatement après.

Les deux derniers volets concernent le monde agricole et la pêche (volet 6) ainsi que l’économie sociale et solidaire (ESS) et les associations (volet 7).