Le JT de France 3 Corse Via Stella a consacré un sujet sur le rôle d’INIZIÀ auprès des entreprises innovantes du territoire accompagnées par l’Incubateur de Corse. Dans cette période de crise inédite, l’équipe d’INIZIÀ propose un cycle de webinars (conférences en ligne) visant à donner accès à des experts sélectionnés pour leurs compétences, sur un thème donné. Le 3ème atelier, vendredi 24 avril 2020, portait sur le « pilotage de la trésorerie et gestion des financements en période de crise », co-animé par Etienne KRIEGER (professeur affilié chez HEC) et Frédéric GALIANI (Expert-comptable).

A voir l'ITW de Laurent TERRAMORSI (MIDGARD)

Les effets de la crise du coronavirus Covid-19 sont variés selon le degré de développement de la startup ou son secteur d’activité. Pour certaines entreprises innovantes, l’activité s’est développée car elles occupent le bon créneau et connaissent même une progression de leur chiffre d’affaires.

Mais, en cette période de confinement, la plupart des entreprises sont confrontées à des problèmes d’organisation du travail et à des difficultés économiques inédites, à commencer par leur trésorerie. Les commandes se sont considérablement ralenties et l’activité commerciale, balbutiante pour un grand nombre, s’est tassée ou est au point mort.

De jeunes entreprises innovantes, ont mis leurs employés au chômage partiel et ont demandé des reports d’échéances auprès de l’administration sociale et fiscale mais aussi des banques ou des organismes publics qui leur ont accordé un prêt. Il leur est souvent impossible de poursuivre la R&D – Même si cette activité a pu être maintenue dans la plupart des start-ups, essentiellement dans le secteur numérique – ou de déployer leur solution chez un client.

Par ailleurs, une partie non négligeable de ces startups avaient amorcé un processus de levée de fonds. On constate que les investisseurs poussent les startups à maîtriser leur trésorerie et n'envisagent pas de signer de nouvelles levées de fonds avant la fin de la crise. Les fonds d'investissement en capital-risque (VC) passent en mode défensif. Ils diminuent leurs investissements dans de nouvelles sociétés (baisse de 65% des investissements au mois de mars) pour se concentrer sur le soutien aux start-ups déjà dans leur portefeuille.

L’enjeu principal avant de faire éventuellement appel aux aides financières d’urgence (qui ont un coût pour l'entreprise) consiste avant tout à établir un plan prévisionnel de trésorerie et repérer les charges d’exploitation susceptibles d’être allégées.